eolienne-sans-frontieres

eolienne-sans-frontieres

compte-rendu assemblée générale éolienne-sans-frontières du 15 décembre 2009

Compte-rendu

Assemblée Générale de l’association « éolienne-sans-frontières »

Mardi 15 décembre 2009, au Lycée Professionnel René Couzinet, Challans (13h/13h45).

 

Sont présents :

Pier-Alin Gareil, Jean-Marie Erraud, Jean-Marc Chevalier, Eric Vrignon, Vincent Vignaud, Gérard Boccanfuso, Claude Bigeard .

 

-          Présentation du bureau provisoire de l’association (mis en place lors de la déclaration au BO.)

-          Présentation et modifications des statuts – nouvelle formulation souhaitée (en bleu):

Cette association a pour objet  de « concevoir, réaliser et financer des petites éoliennes, de promouvoir et développer l’emploi et la production du petit éolien comme énergie renouvelable, tant pour un usage domestique dans les pays développés que pour produire de l’électricité vitale dans les pays en développement, et ce par tous les moyens nécessaires et dans un but philanthropique»

-          Election du nouveau bureau :

Eric Vrignon, président

Vincent Vignaud, secrétaire

Pier-Alin Gareil, trésorier

Lydie Pontoizeau, secrétaire-adjointe

Gérard Boccanfuso, membre du bureau

Jean-Marie Erraud, membre du bureau

Claude Bigeard, membre du bureau

Jean-Marc Chevalier, membre du bureau

-          Compte-rendu financier par le trésorier ( solde positif : 355 euros au 15/12/2009) et état des adhésions (23 adhérents). L’appel à cotisation se fera tous les ans en janvier.

Rappel : membre actif: 5 euros/an - famille: 10 euros/an - lycéens, étudiants, sans emploi...: 2 euros/an - classe de lycée jusqu'à 30/35 élèves et leurs professeurs: 25 euros/an - établissement scolaire, société, association, organisme divers: 50 euros/an

-          Bilan de l’action 2009 et perspectives 2010 :

·         Le blog « éolienne-sans-frontières » est un succès en terme de visites : environ 9500 visites depuis sa création en janvier 2009. Il a permis des échanges entre lycées construisant des éoliennes (Lycée des Métiers d’Enghien ; LP de Périgueux ; Lp de Fernies dans le Nord) et valorise à la fois l’action « une éolienne pour le développement », le projet « éolienne 95 » du lycée d’Enghien, et le micro-éolien en général. Par ailleurs, il montre l’orientation de l’association ESF au confluent du pédagogique, de l’humanitaire et du développement durable.

·         Le blog et la création de l’association « éolienne-sans-frontières » répondaient à une exigence du cahier des charges du projet « une éolienne pour le développement ». L’association se donne donc pour objectif le suivi de l’action « une éolienne pour le développement » et de tous les projets qui seront adhérents de cette association (entre autres, le projet éolienne 95). Par ailleurs, « éolienne-sans-frontières » assurera le suivi de l’action « une éolienne pour le développement » au-delà des 3 années du projet (logistique et financier).

·         Il a été également décidé de mettre en place des stages d’initiation aux bases de l’éolien  en direction tout d’abord des adhérents, puis de réfléchir à une mise en pratique de l’auto-construction dans l’avenir. Ainsi, à la prochaine réunion en janvier, Jean-Marie Erraud doit nous faire une petite présentation d’une heure… Merci à lui.

·         En ce qui concerne l’installation des éoliennes du projet au Niger, Jean-Marc Chevalier nous a parlé d’une aide possible venant de l’association Action-Niger en ce qui concerne le transport d’un ou deux techniciens bénévoles pour positionner les éoliennes sur les cases de santé du district de Malbaza (à suivre…). Merci à Jean-Marc pour son soutien.

·         Jean-Marc Chevalier nous a parlé de la situation de l’éolien au Sud-Niger : les vents sont fréquents et forts à une période de l’année (correspondant à l’automne-hiver chez nous), il est donc tout à fait approprié d’adjoindre un petit panneau solaire à l’éolienne, de manière à assurer toute l’année la fourniture d’électricité, principalement pour la lumière et la recharge du téléphone portable pour les urgences et de façon moins essentielle pour l’alimentation d’un petit réfrigérateur pour les vaccins. Claude Bigeard, nouvel adhérent (qu’il soit le bienvenu) nous livre également son expérience de vie : 20 ans au Niger et nous assure de son soutien.

·         Pour répondre aux vœux des membres de l’association, celle-ci va s’atteler à la fourniture d’éoliennes domestiques, en direction de populations déshéritées, dans les pays en développement, dans le cadre d’opérations ponctuelles et ciblées. Le premier projet retenu sera celui de la fourniture d’une petite éolienne pour extraire l’eau d’un puits creusé par Action Niger au Sud-Niger. Un débat s’est instauré entre les membres pour réfléchir à la meilleure solution pour atteindre ce genre d’objectif : l’auto-construction d’une ou plusieurs éoliennes par les membres (avec l’aide éclairée de Jean-Marie, si il est ok ? ( ;°)) ou encore l’achat à tarif négociée de petites éoliennes de qualité ? cette question sera débattue lors de notre prochaine réunion. Si la seconde solution est retenue, il conviendra de mener un travail de comparaison pour trouver le meilleur rapport qualité/prix et se posera la question du financement.

·         D’autres projets de mini-éolien dans les pays en développement seront également à l’étude lors de notre prochaine rencontre : une éolienne pour un village de l’Inde avec l’ONG Art and Vawes, une autre pour l’une des communautés de l’association d’aide à l’enfance Terre-de-Vie, bien implantée à Challans.

·         Par ailleurs, chaque projet de l’association fera l’objet d’une étude la plus approfondie possible sur les conditions du terrain et les besoins réels de la population où sera installée la future éolienne.

 

En vous souhaitant de bonnes vacances et de joyeuses fêtes de fin d’année, je vous propose ci-dessous la lecture d’une dépêche de l’AFP de novembre 2009 : « Un humain sur trois vit sans électricité », au-delà de la révolte, nous pouvons toujours nous dire que l’ennui ne nous guettera pas à « éolienne-sans-frontières », il reste beaucoup à faire pour assurer à chaque être humain le bonheur minimum vital…..

                                                                                           Eric Vrignon

                                                                                                                                                                                         

 

Association éolienne-sans-frontières, le Moulin de Cargnon 85710 La Garnache – tél : 0251684589 

email : contact@eolienne-sans-frontieres.org

Un humain sur trois vit sans électricité

Agence France-Presse   24 novembre 2009 

Trois milliards de personnes dépendent de combustibles solides comme le bois pour cuisiner et se chauffer.

Paris —- Près d'un tiers de l'humanité vit dans le noir faute d'accès à l'énergie, dont 80 % résident dans les pays les moins développés et en Afrique sub-saharienne qui n'ont pratiquement aucune chance d'atteindre les objectifs de développement fixés pour 2015, selon un rapport de l'ONU.

L'étude du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) insiste sur l'étroite corrélation entre extrême pauvreté et manque d'accès à l'énergie: moins de 3 % des Burundais, des Tchadiens ou des Libériens ont le courant, moins de 5 % au Rwanda, en République centrafricaine ou en Sierra Leone, 13 % en Birmanie ou en Afghanistan.
Photo : Agence Reuters Radu Sigheti


«Actuellement, environ 1,5 milliard d'habitants des pays en développement n'ont pas accès à l'électricité et trois milliards dépendent de combustibles solides [biomasse, charbon] pour cuisiner et se chauffer», indiquent les auteurs.

Le rapport, réalisé avec l'aide de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), concerne 140 pays en développement, dont 50 appartiennent à la catégorie des «moins avancés» (PMA) -avec un PNB inférieur à 750 USD/habitant-, situés pour 31 d'entre eux en Afrique sub-saharienne.

Il en ressort que «79% des populations dans les PMA et 74% en Afrique sub-saharienne sont privées d'accès à l'électricité, contre 28 % en moyenne dans les pays en développement».

«Compte tenu des niveaux actuels d'accès à l'énergie, il est clair qu'il sera particulièrement difficile à ces pays d'atteindre les Objectifs de développement du Millénaire», fixés par l'ONU en 2000 pour espérer diviser par deux la pauvreté d'ici 2015, estime Minoru Takada, responsable Énergie et Environnement du PNUD à l'AFP.

Pour atteindre ce but, il faudrait qu'environ 1,2 milliard de personnes supplémentaires bénéficient de l'électricité et 1,9 milliard de combustibles modernes pour se chauffer et cuisiner. «Apporter l'électricité à chaque foyer coûterait environ un dollar par personne pour un service minimum», ajoute M. Takada pour qui la «meilleure option pour équiper les zones rurales reculées serait «du petit hydraulique ou du micro-solaire voltaïque».

Mais comme pour le service de l'eau, l'accès à l'énergie n'apparaît pas comme une priorité aux gouvernements regrette-t-il: «Ils préfèrent avoir des réalisations spectaculaires à montrer».

Dans le monde en développement, 45 % de la population utilise la biomasse (bois, résidus agricoles...) et le charbon à des fins domestiques: cette proportion passe même à 71 % en zone rurale. Mais seuls 27 % se servent de foyers améliorés qui garantissent une meilleure combustion et évacuation des émanations (6 % dans les PMA et l'Afrique sub-saharienne).

Or les auteurs du rapport estiment que 2 millions de décès sont occasionnés chaque année dans le monde par la pollution intérieure liée à ces combustibles.

Le futur accord climat qui doit être négocié à Copenhague à partir du 7 décembre doit garantir un financement aux pays les plus démunis pour les aider à se développer sur des modes non polluants, tout en s'adaptant à un climat déréglé.

L'accès à l'énergie et aux technologies propres sera pour ces pays un des enjeux de cette conférence.



19/12/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 79 autres membres